Bilan de la phase de déploiement Saison 2

Version 1.0, Jan 2020

Déroulement

La saison 2 a été lancée en janvier 2019 avec 55 Animateurs de territoires. Des ateliers ont eu lieu en présence -parfois en téléconférence avec des groupes de travail thématiques- pour élaborer des ressources communes et pour aider les ATD à définir et construire leurs offres d'accompagnement. On retrouvera ces éléments dans :

Deux projets liès à OpenDataLocale ont été lancés durant cette période :

Expérimentation Action Coeur de Ville

Expérimentation Outil d'aide à la production D-Lyne

Ces deux projets ont permis d'engager des territoires qui n'étaient initialement pas dans le périmètre OpenDataLocale.

Animateurs de territoires

Les 55 ATD initialement retenus ont été rejoints en cours d'année 2019 et 2020 par de nouvelles collectivités souhaitant se lancer dans un accompagnement territorial structuré. C'est le cas notamment du département de l'Hérault.

Résultats

Au niveau de la structuration de l'offre d'accompagnement, les territoires suivants ont abouti à une offre de soutien opérationelle et déployée :

Régions

Départements

EPCI

Nouvelles collectivités

(indiquer les communes ouvertes grâce au soutien des ATD)

Outillages

D-Lyne : l'outil d'aide à la collecte, la production et la publication des données a été expérimenté au niveau de département de Haute-Garonne en 2019.

Il a été généralisé au niveau national avec le soutien d'OpenDataFrance en 2020.

Huit (8) ATD ont utilisé cet outil pour aider de petites collectivités à produire des données normalisées de qualité.

  • Grand Poitiers (citer les communes accompagnées)

  • Tours Métropole (citer les communes accompagnées)

  • Département de Haute-Garonne (citer les communes accompagnées)

  • Département de l'Hérault (citer les communes accompagnées)

  • Département de Haute-Pyrénées (citer les communes accompagnées)

  • Pays Basque (citer les communes accompagnées)

Synthèse

Nous pouvons constater des différences notables dans l'animation réalisée par les Animateurs Territoriaux des Données (ATD).

Ces différences tiennent principalement à :

  • La demande des collectivités accompagnées : lorsque les petites communes ont été convaincues de l'intérêt d'engager un projet open data et qu'elles ont pu trouver les ressources internes pour s'y engager, le projet a pu être mené. Les ATD ont cependant rencontré des collectivités ne pouvant finalement pas se lancer. Les raisons sont diverses : faible portage interne ou contraintes extérieures (voir impact de la crise sanitaire en 2020 et des élections municipales)

  • La capacité des ATD à développer leur offre d'accompagnement a été très variables selon les territoires : maturité du programme, moyens disponibles, priorités des projets.

  • Elections municipales : certaines collectivités et certains ATD (cas des EPCI) ont indiqué que la réserve électorale, qui a démarré en septembre 2019 et s'est finalement terminée en juin 2020, a freiné de façon importante les projets. A partir de l'été 2020, la mise en place des nouvelles équipes municipales (élu.e.s et administrations) s'est traduit par une période de réflexion (appropriation des projets en cours, reformulation des programmes et des priorités, réorganisation, ..). Les projets en cours de lancement ont généralement été mis en veille dans l'attente de la confirmation de la feuille de route. Nous avons pu constater le redémarrage des projets à partir de fin 2020.

  • La crise sanitaire : à partir de mars 2020, la crise sanitaire a freiné ou ré-orienté l'activité des collectivités. La moblisaiton des élus, directeurs ou des agents sur les projets moins prioritaires a été beaucoup plus faible. Cela a été malheureusement le cas de l'opendata. Paradoxalement, le bilan de gestion de la crise 2020 a montré l'importance de la disponibilité et de la fiabilité des données. En début d'année 2021, la compréhension des enjeux d'ouverture des données est beaucoup plus forte dans les territoires

En route vers 2022

Si l'année 2020 a été perturbée comme nous l'avons vu précédement, elle a aussi permis à l'Etat de revoir sa feuille de route sur l'opendata. Cela se concrétise par :

  • le rapport Bothorel sur la Politique Publique de la donnée

  • la montée en puissance de l'Agence Nationale de la Cohésion Territoriales

  • la transfert de la compétence de l'ouverture des données auprès du ministère de la Transformation et de l'Action Publiques (et de la Dir. Interministérielle de la TP)

  • différents dispositifs du Plan de Relance soutenant les collectivités locales sur le volet data

  • La poursuite des dispositifs mis en place par la Banque des Territoires à destination des petites collectivités : "Petites ville de demain", "Action Coeur de Ville", Plan de relance Commerce.

Les deux prochaines années seront donc fortement soutenus par ces nouveaux dispositifs.

Indépendament de la poursuite de la crise sanitaire et des élections départementales et régionale (prévue en mars 2022 et finalement repoussées à juin 2022), la clarification des projets locaux suite aux élections municipales permettront le développement de l'ouverture des données dans les territoires

  • Les collectivités qui souhaitent s'engager dans l'open datra auront besoin d'être aidées

  • les EPCI auront une période de plein mandat pour structurer et déployer leurs offres

  • Les outils faciliant la publication des données sont disponibles et en configuration pour être généralisés. Ils seront améliorés et enrichis en fonction des besoins.

Les financements nationaux devraient permettre de soutenir, accélérer et amplifier l'ensemble de ces offres.